Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES GRANDES QUESTIONS DE LA VIE

Physique quantique, NDE, yoga, astrophysique, métaphysique, Conscience, OVNIS, philosophie. Voici quelques grandes questions de la vie : Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu'est-ce que la mort - Pourquoi souffrons-nous ? Quelle est ma fonction sur Terre ? S'interroger est la condition de notre conscience, nous devons tous nous poser la question du sens de la vie car le monde nous paraîtra bien plus lumineux si nous affrontons ces questions fondamentales. Attention de bien cliquer sur mes articles entremêlés à des pubs intempestives !

L’archéologie et les incohérences de l’histoire officielle

L’archéologie et les incohérences de l’histoire officielle

Archéologie, les anomalies étonnantes : 

Avant toute chose, je tiens à rendre hommage aux historiens, aux archéologues et aux égyptologues, car leur travail méticuleux, non-visible et souvent ingrat nous permet une meilleure approche de nous-même en voyageant dans notre mémoire commune. Leur laborieux travail de recherche demande aussi de la patience, de la réflexion, c'est par ce véritable travail de fourmi effectué dans des conditions difficiles que nous recevons la connaissance de notre passé.

Comme dans tout domaine humain les vérités ne sont pas intangibles, loin de toute intention polémique c'est donc dans un état d'esprit de reconnaissance du travail de tous, d'ouverture, de connaissance, de conscience et d'amour que j'écris cet article.

L’Histoire, l'archéologie, à l'instar de l'ensemble des sciences humaines, ne sont pas des sciences exactes, ce sont des approches empiriques relevant de puzzles, parfois d'un bricolage (comme la chronologie des dynasties pharaoniques), ce sont des articulations de faits qui répondent non seulement à des critères historiques basés sur des pré-requis pas toujours fondés, mais aussi à des critères administratifs et à des critères de rivalités égotiques comme dans toutes les disciplines où la concurrence est rude... 

Nos historiens actuels tout comme ceux des siècles passés ne peuvent pas toujours avoir une lecture équitable de nombreux faits historiques antiques car ils manquent d’une mise en perspective plus large de leurs recherches et de leurs théories et, en ce qui concerne l’Antiquité, les théories sont des interprétations académiques satisfaisant à des critères officiels qui excluent les anomalies et tous les faits ne correspondant pas une doxa... dogmatique imposée par la pensée dominante.

Le dogme de l'archéologie c'est une chronologie excluant toute anomalie constatée, pourtant nous savons tous que la chronologie sur 8 millions d'années doit admettre des moments où la lignée Homo a comporté des pics d'évolution technologique et/ou spirituelle et des creux qui ont enseveli ces moments florissants...

Le dogme de l'histoire officielle c'est une chronologie où, depuis le Paléolithique la lignée de l'Homo Sapiens donne logiquement et directement naissance au Néolithique d'où surgissent directement les civilisations Mésopotamienne, Egyptienne, Chinoise, Harrapéenne, Africaine et Précolombienne sans qu'aucune autre civilisation (qui serait nettement plus évoluée) de notre proto-antiquité n'ait pu se développer en aucune manière...

Des historiens ont affirmé ces thèses catégoriques qui ont alimenté notre savoir dans les manuels scolaires sans jamais remettre en cause leur bien-fondé et, en ce début de 21ème siècle on constate de graves incohérences comme cette anomalie d’analyse concernant le dogme sur les outils

Grâce à mon ancien métier de cameraman/réalisateur, je me suis rendu 5 fois en Égypte, et notamment sur le plateau de Gizeh entre 1993 et 2000 et très souvent sur de nombreux sites archéologiques de Méditerranée, d'Extrême-Orient et d'Amérique Centrale.

Cet article fait état de convergences de vues avec une grande part des informations concernant les sites archéologiques antiques, notamment la pyramide de Khéops, infos provenant de Robert Bauval, de Vermard et Laveau, du site Revelations of the Ancient world et du documentaire de Patrice Pooyard et Jacques Grimault La Révélation des Pyramides

Le dogme sur les outils : Prenons comme exemple, étudié par Patrice Pooyard dans son documentaire, ces 40 000 vases et coupes retrouvés sous la pyramide de Saqqara (2900 ans av JC) conservés au musée du Caire. Les égyptologues officiels se penchent sur le contenu possible (liquides, poudres, onguents ?), l’utilité et l'esthétique de ces vases. 

Mais ces archéologues ne s'interrogent pas sur la manière si parfaite dont ils ont été taillés dans la masse, ni sur les outils nécessairement évolués qu'il a fallu pour obtenir ce travail aussi parfait... 

De même pour l'esplanade de pierre noire sur le plateau de Gizeh au pied de la pyramide de Khéops, selon le documentaire de Patrice Pooyard et Jacques Grimault La Révélation des Pyramides, on voit distinctement des stries, des traces régulières, des entailles extrêmement nettes et profondes effectuées par des outils mécaniques performants, à Abousir sur un autre site on voit des sillons réguliers de carottage dans du granit, traces caractéristiques d’un tour perfectionné pouvant forer et façonner aussi précisément que notre technologie contemporaine… et cela aurait été effectué par des hommes ne possédant que la technologie du burin en cuivre, d’anneaux en cuivre et de marteaux en pierre…(voir aussi Planète Raw https://www.youtube.com/watch?v=IJUMeRgzJFA )

Le dogme sur la fonctionnalité des objets : selon les thèses évhéméristes, les archéologues officiels ont tendance à attribuer une fonction religieuse à de nombreux objets ou représentations d'objets sur des bas-reliefs dont la forme évoque plutôt une utilisation pratique liée à des technologies avancées (hélices, engrenages, condensateurs, lampe de Denderah, le dieu (astronaute) de la dalle de Palenque, objets volants (temple d'Abydos) relevant d'une technologie aéronautique et astronautique...etc).

Depuis que notre civilisation moderne sait envoyer des fusées et des hommes dans l'espace, nos connaissances cosmique et cosmologique se sont considérablement enrichies, notre point de vue a changé, non seulement sur l'observation de l'univers mais aussi sur l'observation de notre passé. 

Au Moyen-âge ou dans l'antiquité, toute manifestation due à une technologie moderne aurait été qualifiée de magique, de diabolique ou d'angélique ou de divine...

Nos historiens et archéologues contemporains, qui eux, disposent de l’ordinateur, de la technologie d'analyse de précision, de l'échange interdisciplinaire avec diverses professions dont des ingénieurs du génie civil et du BTP, semblent enfin admettre que certaines explications historiques, certaines interprétations religio-centrées et anthropocentrées ne tiennent plus debout devant l'afflux d'anomalies : soit il y a eu une civilisation technologiquement aussi avancée que la nôtre (niveau 21è siècle) avant notre Antiquité, capable de construire des monuments relevant d'une pensée technologique aboutie, soit il y a une ou plusieurs civilisations extraterrestres (avérées par la réalité des Ovnis, voir rapport COMETA), ou peut-être même les deux...

La pyramide de Kheops :

Le documentaire "La révélation des pyramides" nous donne une vision inhabituelle de la pyramide de Kheops d'une architecture si précise, à 8 côtés et non pas 4 côtés comme il est communément admis, une architecture qui emploie le Nombre d'Or et Pi (qui ont été découverts 1800 ans après la date supposée de sa construction...)

Une construction faite de deux millions de blocs de 2,5T extraits sur place (on peut également suivre la piste de ciments géopolymères évoquée par Davidovitz) et quelques milliers de blocs de plus de 10T provenant d'une carrière située à 900 Km.

Khéops aurait été édifiée soi-disant en 20 ans par cent mille hommes travaillant 3 mois par an (en fonction des crues du Nil) il y a 4600 ans par un peuple sortant du néolithique équipé d'outils rudimentaires... Voir ici transport d'un bloc de pierre avec notre technologie moderne.

Sans notions mathématiques et géométriques développées, sans technologie sophistiquée, c'est un défi technique inimaginable pour tout ingénieur du génie civil. Quand vous êtes sur le plateau de Gizeh, au pied des pyramides, dans la chaleur, la poussière, dans la réalité des lieux, vous ne pouvez pas ne pas vous interroger...

Il devient difficile de soutenir que les habitants des premières citées de la fin du néolithique aient pu réaliser cette construction. Très clairement il faut une connaissance technologique, une ingénierie et une mise en œuvre très au-dessus de celle de nos ancêtres égyptiens :

- des engins de levage très performants pour acheminer et ajuster des millions de blocs ensemble

- des scies circulaires capables de couper le calcaire et le granit d'une manière si nette et si géométrique avec une précision et un fini ahurissant.

- une maçonnerie au millimètre près, des couloirs intérieurs peu spacieux dans lesquels nos ancêtres égyptiens ont été censés transporter de lourds et encombrants cataphalques et sarcophages jamais retrouvés..., couloirs rectilignes au centimètre près et au plan incliné constant

- une construction bâtie selon des ajustements anti-sismiques... ce qui parait très sophistiqué pour des peuples sortant du néolithique...

- une technologie capable d'aplanir la colline de Gizeh afin d’y installer un plateau égalisé et stable avec un dallage gigantesque sur une surface de 60 000 m² pour y installer les fondations et y bâtir une pyramide de 6,2 millions tonnes correspondant à un building de 42 étages, selon le commentaire de La Révélation des Pyramides

et, parce que le règne du Pharaon Khéops est de 23 années, les égyptologues officiels les plus éminents nous affirment que cette construction s’est effectuée en 20 ans...

A raison de 12 h de travail par jour, 365 jours par an pour 2 millions de blocs de pierres, Jacques Grimault démontre que cela représente un bloc de 2,5T extrait, taillé, hissé et ajusté toutes les 2 minutes 30 secondes pendant 20 ans...

Et on nous affirme que cela a été effectué en 20 ans avec des burins de cuivre, des marteaux rudimentaires, des madriers et des cordes de chanvre... N'importe quel maçon actuel, n'importe quel maître d’œuvre du BTP, n'importe quel architecte contemporain ne pourrait admettre cette version officielle. Interrogez-vous vraiment !!! Des hommes du début de notre civilisation antique seraient vraiment capables de faire cela ???

En dehors de toute spéculation ésotérique voici un site web consacré à l'architecture de la pyramide de Khéops.

A un problème pragmatique posé, il faut une réponse pragmatique : cette structure de pierre qui défie le temps a été édifiée grâce à des technologies de construction très évoluées !

Ce qui implique qu'il y a au moins 5000 ans, des bâtisseurs ont mis en chantier une pyramide selon des principes géométriques, architecturaux éprouvés et exécutés avec maestria. 

Un courant de nouveaux archéologues pragmatiques fait remonter la construction de la pyramide de Khéops et du Sphinx autour de -10 000 ans avec l'aide d'une civilisation antérieure à la nôtre depuis que nous avons découvert de nombreuses anomalies archéologiques similaires.

Ne pourrait-on pas y voir un coup de main de la part de civilisations technologiquement plus avancées ? (voir le très intéressant et très dérangeant documentaire de 1h20 La Révélation des Pyramides, ainsi que ce petit documentaire sur Les Pyramides de Gizeh)

L’archéologie et les incohérences de l’histoire officielleL’archéologie et les incohérences de l’histoire officielle

- Les vestiges, à 2800m d'altitude, de la forteresse d’Ollantaytambo au Pé­rou (datation supposée de 1400 av JC) faite de blocs de granit dont le poids estimé varie de 1T à 10T, de formes différentes et ajustés au millimètre près (photo de gauche), idem pour la cité Inca de Sacsahuaman au Pérou mais avec des blocs de 100 à 300 tonnes...

Les ruines de Puma Punku (photo de droite) en Bolivie, ces vestiges datés de -5000 à -8000 ans montrent l’étonnante découpe géométrique de blocs de granit, comme des éléments préfabriqués, remontant à un moment où nos an­cêtres sont sup­posés se servir d’outils rudimentaires. Demandez à un ingénieur du génie civil et à un maçon ce qu'ils en pensent : ces pierres de plusieurs tonnes sont taillées, ajustées au millimètre près... Inutile de préciser que les civilisations de cette époque ne disposaient que de la technologie néolithique de cordes en chanvre, du burin en cuivre (fer pour Ollantaytambo), d’anneaux en cuivre et de marteaux en pierre… 

- A la dernière époque gla­ciaire une épaisse couche de glaces re­couvrait une vaste partie de l’hémisphère Nord ; leur fonte a engendré une lente mon­tée des eaux de -21 000 ans à -10 000 ans qui a submergé l’équivalent de la superficie de la Russie et de la Chine réunies.

La découverte ré­cente de 4 cités en­glouties sous les eaux (île de Yonaguni au Japon, Golfe de Khambhat Inde, île de Bimini Bahamas et Cuba) remet en question notre connais­sance de la préhis­toire : 

la datation des lieux serait d'environ - 8000 ans, et celle d'objets provenant du site de Khambat serait de -14 000 ans. Édifices monumentaux avec de massifs blocs de pierre par­faitement taillés et d’une géométrie pré­cise, cités élaborées témoi­gnent de civi­lisations d’un ni­veau social et technolo­gique bien plus développé que celui des chasseurs/cueilleurs du néolithique, ce qui signifierait qu'une civilisation avancée, en certains points du globe, aurait cohabité avec nos ancêtres préhistoriques qui vivaient d'une manière primitive dans des huttes ou des cités lacustres faites de bois, de branchages et de peaux de bêtes.

- Le temple de Globekli Tepe en Turquie (10 000 ans av J.C avec des premiers vestiges de 3000 ans avant) avec ses piliers monolithes de 10 tonnes en forme de T d’une géométrie parfaite avec des gravures et des sculptures d’animaux très élaborées, temple érigé par un peuple de chasseurs/cueilleurs demandant une maitrise technique bien au-dessus du savoir de ces peuples (voir les recherches de Bleuette Diot)

- Les géoglyphes géants du désert de Nazca, Pérou, ces célèbres et intrigantes lignes géométriques grandioses datent de 800 av J.C jusqu'à 750 après JC ne sont justifiables que si l'on a une vision aérienne panoramique et une pensée plus pragmatique, sans bloquer sur des dogmes...

- Comment expliquer la découverte d’une vingtaine de squelettes vitrifiés présentant une radioactivité 50 fois supérieure à la normale sur le site de la cité an­tique de Mohendjo Daro (4500 av JC) en Inde ?

- De centaines d'autres faits archéologiques anormaux de ce genre ont été recensés. L'histoire officielle refuse d'admettre l'idée même d'une civilisation avancée antérieure à la nôtre, donc toute recherche effectuée dans ce sens sera censurée.

Depuis les plus récentes découvertes en astronomie, en astrophysique, en physique quantique, en biologie, en exobiologie, en ufologie, des archéologues, des historiens, des scientifiques des chercheurs indépendants font une relecture de nombreux faits historiques de l'antiquité à nos jours à la lumière d'une interprétation technologique moderne devenue incontournable suite au constat d'une présence extraterrestre évoluée dans l'environnement immédiat de notre planète grâce à l'observation d'Ovnis.

Tout ceci est très dérangeant et n'est plus lié à de la croyance mais à la confrontation directe de faits et de preuves, donc à vous de chercher dans l'importante documentation disponible sur internet et dans les bibliothèques qui permettent une lecture plus complète et plus ouverte de l'Histoire.

Maintenant que nous disposons d'un très grand nombre de données dans tous les domaines et d'une puissante informatique permettant d'analyser, de comparer, maintenant que nous savons que les Ovnis sont une réalité pour l'Etat-Major des Armées françaises, américaines, anglaises, portugaises, belges, allemandes, russes... etc (voir rapport COMETA sur le site du Cnes/Geipan), maintenant que la physique quantique oblige à accepter la multidimensionnalité, la vitesse supraluminique, la non-localité, il serait bon que l'être humain responsable fasse un effort d'élargissement de sa conscience.(voir également mon article La Terre n'est pas la seule planète habitée)

 

© Didier LUCCAN

 

En bonus : La révélation des pyramides de Patrice Pooyard et une interprétation intéressante de l'Ankh

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :